Lecture | Me Voici (Here I Am) de Jonathan Safran Foer

Ma nouvelle résolution de lire plus (et de vous en parler) se porte bien, et depuis mon dernier article, j’ai terminé deux nouveaux livres, dont le dernier roman de Jonathan Safran Foer.

J’ai attrapé ce bouquin un peu par hasard dans une librairie parce j’ai déjà lu des livres de cet auteur que j’avais appréciés. Le livre en question est un gros roman (570 pages en anglais, 740 en français) qui s’appelle Me Voici (Here I Am dans la version originale).

Pour commencer, je vais vous parler de mes précédentes rencontres avec les oeuvres de cet auteur. Le premier de ces livres que j’ai lu s’appelle Extrêmement fort et incroyablement près qui est un très beau roman qui raconte l’histoire d’un petit garçon de 9 ans (de son point de vue) qui a perdu son papa dans les attentats du 11 septembre, et le second est une discussion (car je ne veux pas le qualifier de plaidoyer) sur le fait d’être végétarien ou végétalien qui s’appelle Faut-il manger les animaux ? En passant, je vous recommande vivement ce livre si la question vous intéresse car je trouve qu’il a une façon très intelligente d’aborder le problème. Ce n’est pas un plaidoyer, il n’essaie pas de nous convaincre qu’il faut ou pas manger les animaux, il se contente plutôt de présenter les faits et de partager son expérience. C’est un livre magnifique, intéressant et bouleversant.

Mais revenons-en à nos moutons, ou plutôt à son dernier roman, Me voici. J’ai commencé ce roman quand j’ai décidé d’abandonner la lecture du dernier roman dont je vous ai parlé, The Power. Ou alors j’ai commencé The Power quand j’ai abandonné momentanément la lecture de ce roman. Je ne me rappelle plus bien, mais le fait est que j’avais acheté et commencé deux romans que je n’avais pas envie de lire. Mais après plusieurs semaines, j’ai ressorti ce livre, et je l’ai terminé quasiment d’une traite.

Mon avis initial était que l’histoire était trop sombre, trop triste, trop compliquée, avec trop de personnages. Mais surtout, c’est le fait que tout avait tendance à aller assez mal qui m’a fait reposer ce livre et me lancer dans autre chose. Mais en le reprenant, j’ai trouvé cette histoire très belle et au milieu de toute cette tristesse il y a quand même de la beauté, de l’espoir et de l’amour.

Si vous avez vu le film What we did on our Holidays (Ce week-end là en français), je décrirais ce livre comme étant une version adulte, un peu plus sombre du même genre de concept. Si vous n’avez pas vu ce film, regardez-le, je crois que c’est mon film préféré de tous les temps. L’histoire est magique ! Ce sont deux histoires différentes mais au sein desquelles se trouve la famille, les différents problèmes qui entoure la vie de famille (divorce, mort, disputes, apprentissage, etc.) et notre façon de comprendre et de réagir à ces problèmes en tant qu’humains, en tant qu’adultes ou en tant qu’enfants

Pour ce qui est du livre, l’histoire tourne autours d’une famille juive qui est au milieu d’un divorce, d’un suicide, d’une catastrophe naturelle et d’un chien qui souffre. Comme je vous le disais, c’est un peu triste, et c’est un peu sombre. Mais au fil des pages, on suit cette famille, les trois enfants, la maman, le papa, les grands-parents, les cousins et même l’arrière grand-père. On vit ces mêmes événements à travers les yeux des différents personnages, enfants, adolescents, adultes, vieillards, à travers leurs perspectives qui divergent et au final c’est une belle aventure humaine sur des sujets et des problèmes qui nous touchent ou qui pourraient très bien nous toucher.

Jonathan Safran Foer sait jouer avec les mots, et il arrive à tourner les phrases, et les idées de telle façon que certaines situations tragiques font rire. Comme par exemple les remarques naïves/innocentes d’un enfant qui compare la vieillesse de son arrière grand-père et de son chien.

Comme je le disais plus haut, c’est une belle histoire d’humains et de réactions à certains problèmes courants. Vous n’en ressortirez probablement pas plein de joie, mais plein de réflexion profonde, et normalement, plein d’espoir. Et pour cette raison, je vous conseille de le lire. Et si vraiment vous n’avez pas le temps, regardez ce film What we did on our Holidays qui n’est pas du tout la même histoire mais qui pose les mêmes questions.

Vous avez déjà lu ce livre ?

x
Macha