Mon maquillage de l’été | Tutoriel et multi-revue

Ça faisait un bail que je ne vous avais pas montré ma bouille non ? J’avais plus très envie de me prendre en photo je crois. Mais il semblerait que ça aille un peu mieux.

Et puis, surtout, comme je porte le même maquillage depuis 2 semaines, et que je l’adore, j’ai eu envie de partager avec vous mon look de l’été.

Cet article sera un mélange de tutoriel, de revue et de première impression car je vous parlerai de comment j’utilise mes produits mais aussi des produits en eux-mêmes et c’est un mélange de nouveautés que je suis en train de tester et de produits que j’adore depuis longtemps.

La photo ci-dessus est une représentations plus ou moins exacte des produits utilisés, car il y en a que j’ai finalement décidé de ne pas utiliser, et il y en a que j’ai oublié d’inclure sur la photo. Dans tout les cas, vous pouvez constater que je n’ai pas sorti 15’000 choses.

Ce look est en effet plutôt rapide et simple à faire. Mais sans plus attendre, commençons.

Je commence par le teint, avec la base perfectrice universelle The Smoother* d’Estée Lauder. Je l’applique tout simplement sur l’ensemble du visage avec le bout des doigts.

Je ne suis pas particulièrement convaincue par cette base. En l’appliquant sur la moitié du visage, il me semble que le fini est peut-être un peu plus lisse du côté où je l’ai mise, mais je n’en suis pas certaine. Je suis par contre certaine que sur ma peau, elle ne prolonge pas la durée de vie de mon fond de teint. Il me semble qu’avec ou sans, mon maquillage a la même tenue.

Pour ce qui est du fond de teint, j’ai récemment redécouvert le fameux Vitalumière Aqua de Chanel. Tout comme le primer, en ce moment, j’aime l’appliquer avec les doigts. Très étonnant pour l’inconditionnelle du beautyblender que je suis devenue.

A vrai dire, il est sûrement périmé, et je devrais sans doute le jeter, mais comme il a la même texture, la même odeur, et qu’après deux semaines d’utilisation il ne semble pas m’avoir filé de boutons et que quand même je l’ai payé et c’est Chanel, je vais le terminer.

Quand j’ai acheté ce fond de teint (il y a quelques années), je n’étais que moyennement convaincue parce que je voulais quelque chose de plus couvrant et de plus matte. Mais ces temps, je suis contente avec une couvrance relativement légère (que je complète avec un anticerne) et il me semble que ma peau est un peu moins grasse ce qui fait que ce fini plus lumineux ne me dérange plus.

En résumé, j’adore ce fond de teint en ce moment, car il offre une légère couvrance (tout en unifiant très bien) et un super joli fini, très naturel.

Passons maintenant à l’anticerne qui viendra cacher les défaut les plus tenaces, le Naked Skin d’Urban Decay.

Je vous en ai parlé sur le blog il y a peu de temps (ici) et je l’aime toujours autant. Je trouve qu’il camoufle bien cernes et imperfections sans être ni trop sec, ni trop crémeux.

Comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus, quand je l’applique, je m’emporte un peu. J’en mets sous les yeux pour camoufler les cernes, puis quelques points autours du menton pour les petits boutons et petites cicatrices, et enfin, sur le nez et entre les sourcils pour les rougeurs.

Je l’estompe soit avec les doigts, soit avec mon beautyblender, ça dépend des jours. Des fois, j’ai l’impression que mes doigts ne le fondent pas assez et dans ces cas-là je sors ma petite éponge miraculeuse.

Ensuite, viens la partie la plus étonnante de ce tutoriel, une chose que je m’attendais pas du tout à faire, les fausses taches de rousseur. Je les fait avec le côté feutre de mon Archery de Soap&Glory.

Pour ma défense, j’ai quelques taches de rousseur de toute façon, mais elles sont peu nombreuses, et si claires qu’une fois le fond de teint appliqué (aussi léger soit-il) on ne les voit plus. Du coup, je les redessine.

J’aime utiliser ce feutre car, à l’inverse d’un crayon, il ne crée pas des ronds. En le plaçant perpendiculairement à la surface de la peau, et en appuyant plus ou moins fort, je peux contrôler la taille et la forme de chaque tache de rousseur. Et comme pour tout, il y a des jours où c’est plus réussi que d’autres.

Une fois que j’ai dessiné mes taches de rousseur, je viens les estomper et les fondre dans la peau avec mes doigts ou mon beautyblender. Sur la photo ci-dessus on dirait que je les ai complètement effacées, mais vous verrez plus bas qu’on les voit bien. Et puis le but n’est pas non plus de donner l’impression que j’ai vraiment des taches de feutre sur le visage, je vise un semblant de réalisme.

Viens ensuite l’étape du highlighter, et je suis en train de tester le tout nouveau highlighter crème de Estée Lauder dans la teinte Champagne Glow*.

Je vous avais parlé du fond de teint qui était dans le même packaging et que j’aimais beaucoup (ici), et j’aime aussi beaucoup ce highlighter.

Comme vous allez pouvoir le constater sur les photos, il donne un effet très lumineux mais relativement discret, sans paillettes, sans fini métallique et sans accentuer la texture de la peau. Je pensais vraiment pas que je l’aimerais autant. Il se fond dans la peau super bien et le fini est magnifique.

Je l’applique, en haut des pommettes, sur la paupière mobile, le long du nez (très légèrement) et sous l’arcade sourcilière, tout simplement avec mon annulaire. Ce produit est vraiment facile à utiliser, il s’estompe tout seul et donne un résultat parfait ! (Enfin … dans le genre subtil, qui est ce que j’aime. Si vous voulez de l’intense, vous l’aimerez sûrement moins)

Il y a une chose que je n’aime pas avec ce highlighter par contre, c’est le packaging. Il est très joli mais vraiment pas pratique. Comme le fond de teint, il y a une éponge intégrée (que je trouve un peu trop dure) qu’on peut enlever pour prélever directement le produit. Pour prélever du produit il faut tourner la base du packaging et ça sort, c’est tout simple. Mais en pratique, je tourne toujours dans le mauvais sens et je me retrouve toujours avec beaucoup trop de produit. Une pipette ou une pompe me plairait mieux je crois. Mais le produit reste splendide.

Maintenant que j’en ai fini avec les liquides et les crèmes, je commence par poudrer légèrement l’ensemble de mon visage avec une poudre que j’adore depuis très longtemps, la One Heck of a Blot de Soap&Glory.

J’aime cette poudre car elle ne donne jamais un fini épais ou poudreux, mais elle mattifie quand même bien et dure plus longtemps que toutes les autres que j’ai pu tester à ce jour.

Je l’applique avec mon gros pinceau à poudre de chez Kiko dont je vous parlais ici.

Puis il est temps d’ajouter un peu de couleur.

Ce jour-là, j’ai choisi le duo Film Star Bronze&Glow de Charlotte Tilbury. Je vous le présentais sur le blog il y a environ une années alors qu’il faisait partie d’un ‘haul’ complètement extravagant (ici) et je suis très contente d’avoir craqué.

Mais il m’arrive aussi d’utiliser Hoola de Benefit, le bronzer de Make Up For Ever, le Milk Chocolate de Too Faced ou encore le bronzer que j’ai dans un trio Hourglass.

J’applique la majorité de mon bronzer sur les joues, mais j’y vais un peu plus fort qu’en hiver. Je veux donner l’illusion que j’ai passé du temps au soleil (or à Edinburgh en planchant sur un mémoire, ça risque pas d’arriver). Je fais le fameux ‘3’ en passant par les tempes, les joues et la mâchoire, mais j’en mets aussi sur le cou pour ne pas faire de démarcation.

Et surtout, pour donner l’impression que c’est plus un bronzage qu’un maquillage, j’en mets un peu sur le nez, parce que c’est là qu’on prend des couleurs si on va au soleil. Mais pas trop !

J’utilise un pinceau duofibre de Real Techniques afin d’obtenir un résultat plus diffus et plus naturel. Et quand il ne me reste presque plus de produit sur le pinceau, je passe plus ou moins sur l’ensemble du visage pour ajouter un tout petit peu de couleur partout, comme si j’avais vraiment été au soleil.

Très important le nez !

Je ne mets pas du blush tous les jours avec ce look, parce que le bronzer amène déjà beaucoup de couleur. Mais des fois j’ai envie, et là, c’est comme pour le bronzer, selon les jours, le produit utilisé peut changer.

Ici j’ai choisi d’utiliser le Baby Love de Too Faced, mais il m’arrive aussi d’utiliser le Sweet Peach de Too Faced également, ou le Mood Exposure d’Hourglass.

J’applique le produit avec un plus petit pinceau duofibre de Real Techniques toujours afin d’obtenir un résultat léger.

J’aime ce blush purement à cause de sa couleur qui donne meilleur mine en toute discrétion. Et y a des lapiiiiiiins dessus ! Ah … oui … c’est ça la vraie raison.

Ensuite (étape que je ne fais pas tous les jours) quand je veux un highlight un petit peu plus intense (ça reste léger) je repasse partout où j’ai mis de l’highlighter (paupière, arcade, joues et nez) avec la partie highlighter du duo de Charlotte Tilbury et un tout petit pinceau.

J’aime beaucoup cet highlighter car il donne un fini lumineux mais sans trop en faire non plus. Il n’est pas métallique et n’accentuera pas la texture de la peau. Par contre, il ne vous éblouira pas non plus.

même en arrière plan on voit la tête à la con …

Ensuite, je prends l’autre côté de mon duo pour les sourcils Archery de Soap&Glory, le côté crayon, et je viens remplir/dessiner mes sourcils.

Je suis pas hyper contente de mes sourcils en ce moment, alors je les laisse pousser, c’est pour ça qu’ils n’ont pas tellement d’allure. Et après, j’irai les faire faire.

Mais en attendant je fais au mieux, et j’aime bien ce crayon qui a une teinte qui est très bien et qui dure toute la journée tout en étant très facile à utiliser (pas trop crémeux, ni trop sec).

Troisième retour à la palette de Charlotte Tilbury, pour les yeux cette fois, je prends le même bronzer qu’avant et je viens appliquer dans le creux de la paupière avec un pinceau fluffy. C’est très rapide et très peu précis mais ça définit un peu le contour des yeux et ça me donne l’air plus réveillée.

J’utilise le bronzer que j’ai utilisé sur mes joues pour cette étape, peu importe quel bronzer j’ai utilisé.

Viens ensuite l’étape du mascara et pour ce look, j’aime bien utiliser le RollerLash de Benefit. Je vous avais dit sur instagram que je n’en étais pas fan, et c’est toujours vrai, mais j’aime bien l’utiliser en ce moment.

Ce que j’aime moins avec ce mascara c’est qu’il définit très bien les cils, mais sans amener assez de volume ni d’intensité à mon goût. Ou alors il faut appliquer de nombreuses couches et c’est trop long.

Mais avec ce look estival, j’aime bien avoir des cils plutôt fins et bien définis donc au final je suis contente de l’avoir gardé.

Pour les lèvres, les produits varient très souvent, mais dans l’ensemble j’ai envie de couleur plutôt légères, assez neutre, ou alors vive mais je les applique très légèrement et je les estompe avec le bout du doigt.

J’ai aussi envie que les textures soit légère et s’il y a un peu de brillance, ce n’est pas pour me déplaire. Je viens de me lancer dans le test des nouveaux ràl Pure Color Love d’Estée Lauder, ainsi que des Chubby Plump & Shine de Clinique et c’est donc de ceux-là que je vais vous parler.

Mon préféré des deux (même s’ils ne ressemblent pas et peuvent difficilement être comparés) est le rouge à lèvre Pure Color Love d’Estée Lauder dans la teinte 110 Raw Sugar*.

Je ne pensais pas que je l’aimerais quand j’ai vu le raisin, je pensais qu’il serait trop brun, mais en fin de compte je l’adore ! Je l’applique très légèrement, puis je l’estompe au doigt et fini en général avec une fine couche de baume à lèvre par dessus pour amener une petite touche de brillance.

C’est très naturel, très discret, et exactement ce que je veux. On peut aussi intensifier le résultat en l’appliquant moins légèrement car la texture est superbe et il est très pigmenté. Mais je préfère quelque chose de plus léger.

Passons maintenant aux étapes qui ne se voient pas en photo.

Je viens de découvrir le spray Coconut Milky Mist de too cool for school*. Et je l’adooooooore !

Le spray est ultra fin (parfait !!!) et l’odeur délicieuse. Je ne sais pas à quel point il hydrate réellement ma peau, mais c’est tellement agréable à utiliser que je m’en fiche presque.

Le seul inconvénient est que le spray est tellement fin qu’il faut sprayer relativement près du visage parce qu’il n’a pas une très grande portée, mais ce n’est pas grave.

‘voyez plutôt l’air de satisfaction en l’utilisant

Et le deuxième spray que j’utilise en ce moment est le parfum Bronze Goddess d’Estée Lauder* qui comme chaque année fait partie de leur collection d’été.

C’est la première fois que je l’utilise en fait, et je pensais pas que j’aimerais autant l’odeur. L’odeur ressemble à celle que je connaissais du beurre pour le corps, on est dans la même gamme, mais c’est quand même différent. Il pourrait être un petit peu écoeurant pour certains, mais je l’aime beaucoup !

Voici donc le résultat ci-dessus, avec le ràl Estée Lauder. Et je vous montre ci-dessous le résultat avec le Chubby Plump & Shine dans la teinte 03 Portly Peach*

On ne le verra pas du tout sur la photo, mais je n’aime pas vraiment ces nouveaux Plump&Shine. Ce sont des gloss assez peu pigmentés, pas si brillant que ça, qui ont tendance à marquer les petites peaux sèches et qui collent un peu.

Je suis un peu dure. Pour atténuer un peu mon avis négatif, je tiens à préciser que je n’ai testé qu’une teinte et qu’il peut parfois y avoir des différences entre les différentes teintes d’un même produit.

Ce n’est en fait pas un gros crayon glossy comme on pourrait se l’imaginer en connaissant les chubby sticks originaux, mais un tube dont on tourne la base pour faire sortir le gloss. En l’appliquant directement, on obtiendra un résultat assez inégal et si on a des petites peaux mortes, c’est sûr que ça les marquera.

On peut atténuer le tout, et égaliser, en estompant/étalant au doigt ou au pinceau, mais même quand le fini est joli, ça reste un peu collant. Il y a très peu de couleur et pour un gloss, ce n’est pas ultra brillant.

Du coup je dois admettre que je ne comprends pas très bien ce produit. Après, comme vous pouvez le voir ci-dessous, le résultat est quand même joli, mais je crois pas que ça vaille la peine de dépenser CHF29.- pour ça. Dans la même catégorie de produit, je préfère les Instant Light Natural Lip Perfector de Clarins (je vous en parlais ici.) ou alors, de chez Clinique, je préfère nettement les Chubby Stick originaux (à voir en action ici.)

Et voilà pour ce tutoriel-revue-tout-en-1. J’espère que ça vous a plu !

Et vous, vous vous maquillez comment en ce moment ?
x
Macha

*produits offerts pour considération

ps: si vous n’en avez pas assez vu, vous pouvez aller voir les version de 2016 et 2015 de mon maquillage d’été … ça ressemble 😉

  • Myrtilla

    Wow mais comme tu es CANON !! On dirait que tu fais une pub pour le spray, et ça te va bien cette pose ! 😉 En tous cas je suis contente de revoir ton visage par ici, comme on te voit plus trop en Suisse, au moins on te voit sur le blog ! 😉
    Et j’ai beaucoup aimé lire ta revue façon GRWM ! 🙂 Gros bisous !

    • Ahahaha canon en majuscule, carrément XD
      J’ai bien aimé faire ce tuto-GRWM au final, peut-être que j’en ferai un peu plus souvent. Mais c’est assez long à faire par rapport à d’autres articles :/ Beaucoup de photos et de texte. Mais j’aime bien pouvoir donner mon avis sur les produits en même temps que je montre comment je les utilise.
      Gros bisous

  • Tu es sublime avec ce makeup simple et léger! ça te va super bien!
    comme je t’avais dit sur insta, j’adore aussi le Raw Sugar! C’est mon nude préféré en ce moment (avec le nouveau ràl de la collection Bronze Goddess). Et le fdt chanel a l’air pas mal du tout! pareil pour les cliniques, je trouve qu’ils mettent en évidence les petites peaux mortes s’ils sont appliqués directement, c’est moins visible avec un pinceau mais un peu ch…d’utiliser un pinceau…

    • Merci beaucoup !
      Ouais j’avoue qu’utiliser un pinceau, déjà de base c’est pas la joie, mais en plus pour un produit comme ça qui dure pas longtemps, c’est vraiment casse-pieds.
      Par contre, depuis j’ai testé la teinte va-va-violet (je crois) et j’ai pas du tout eu le même problème. Le rendu est joli très facilement. Par contre ça reste un poil collant.
      Je publierai un erratum en septembre 😛